Catégories
all releases

IM031

Komoa
Couzou ep
Indigo Movement

Aujourd’hui est un commencemant,
Yann Le Roux dit Yaxx Le Moal de la maison Graldlon dit le disciple des Azalea, Roi de Plougrescant, molets d’acier, briseur de chaines, tourneur de roues, père des Breizhad ; Breur Gwen Le Roux, héritié Le Blevennec des terres Armoriques, protecteur des Korrigan, créteur d’Ankou ; fils Domi Le Roux & Genev Le Blevennec dit les coupeurs de cheveux, conquérents des Enez, nous presente son premier EP. Couzou.

L’ep commence sur Grin, ne cherchez pas à comprendre le nom, il n’y a rien à comprendre ; comme tout breton il peut facilement inventer des mots. Grin commence sur une intro aux ambiances venues des profondeurs – Pour ceux qui suive déjà un peu Komoa ou Yaxx, vous aurez compris qu’il est pas la pour vous faire sourir ou imager un monde fleuri – Cette ambiance, solidement annoncée par l’évolution filtrée d’un synth, vous annonce dès les premières mesures le groove énervé, en colère, qui va vous couler le long de la nuque pendant plusieurs minutes. Au lancement, ce groove d’introduction se transforme pour prendre place sur une énorme basse enveloppée par un jeu d’ambiance angoissant. Le tout tenu par un fil, grâce à la piste de hi-hat simple et intelligemment travaillée ; assez pour ne pas vous perdre.
Après quelques tours, une percussion venue d’ailleurs – oui, venue d’ailleurs, clairement – vient accentuer cette sensation d’inquiétude et de combat à la fois, quelque chose de menaçant est en cours. Ankou ?

Couzou, dont on taira l’origine, évitant un ainsi ce qui pourrait être vu comme un acte de trahison pour les Le Blevennec, commence sur une ambiance plus industrielle et rythmée par une loop de perc et une de hihat amplifiant la teinte industrielle. Au drop, surprise, changement d’ambiance avec un retour aux origines de Komoa, comme un retour de l’esprit de Ankou, ce truc mystique qui qualifi les productions Komoa… C’est reparti pour plonger dans les profondeurs. On apprécie particulièrement la sombre ambiance bretonne qui règne sur ce morceau. Non ?
La couche industrielle revient peu à peu et joue avec l’ambiance générale du son, accentuée par des nappes de synthé aérées qui montent petit à petit jusqu’a nous faire sortir de cette tempête.

Tooopeia, en collaboration avec Qant, un type assez tordu pour vivre à Paris et qu l’on avait rencontré sur Toulouse l’année dernière pour une soirée de l’équipe Egregore. Depuis il oeuvre pas mal avec eux et nous fait également profiter de ses talents de mastering, un homme à tout faire (et à suivre).
Pour Topeia il fait remonter Komoa des profondeurs pour ajouter des notes et mélodies moins… sombres, tout en gardant cette tonalité « meditate ». La production reste dans le même environnement que les deux premières, lent et envoûtant mais avec une touche de groove en plus grâce à la qualité du beat et l’ensemble de samples le ponctuant.
C’est sans hésiter une collaboration réussie pour Komoa & Qant qui, on vous le confirme, en privé, se sont bien trouvé en terme de mode de production et choix artistiques, un duo à suivre.
Pour finir on vous invite à écouter le Egregore Unighted 002 – Azalea x Sympa pour découvrir « Ker » de Komoa (oui, encore un mot inventé) et Tehran Paranoïa de South Pole Squad a.k.a Komoa & Qant.

Indigo Movement · IM031: KOMOA – Couzou EP

Le mot du label :

Next up, debuting on IM, straight outta Toulouse, France, we welcome @komoa .The French have been killing it recently, and people like Komoa and Qant, are the best example. Yung Komoa joins the #indigoshuttle with 2 tracks, « Grin » and « Couzou », accompanied « by « Topeia », a collaboration with another member of the IM familia, Qant. Stompin’ subheavy sounds, these should be tested in every decent soundsystem. Get to know!

Tracklist:
1. Grin
2. Couzou
3. Topeia (w/ Qant)
Mastered by Hebbe Veerstegh
Release Date: August 29th, 2018
Bandcamp